Discrimination capillaire : 28 coupes afros bannies d’un lycée

Après l’adoption d’une loi contre les discriminations capillaires à New-York, on pouvait espérer une amélioration de l’inclusion des beautés et besoins esthétiques de tous. Visiblement, le chemin est encore long alors même qu’un lycée de Guadeloupe a interdit bons nombres de coupes propres aux cheveux crépus, dont la simple coupe afro. Faudra-t-il aller à l’école chauves pour les jeunes étudiants noirs ou ne sont-ils simplement pas les bienvenus en cours ? Autant dire que la pilule passe mal.

La photo qui circule sur Twitter montre les affiches placardées sur les murs de l’école pour illustrer les coiffures qui seront désormais interdites. Si l’on peut concevoir qu’une école émette des réserves sur des (dé)colorations flashy ou certains rasages excentriques, le reste pose sérieusement question. Coupe afro naturelle, tresses, locks, dégradé rasé sur les côtés… Sérieusement, ce sont là des coupes courantes et totalement banales. Pourquoi ? Parce qu’elles sont tout simplement adaptées aux cheveux crépus. Parce que des adolescents noirs ne peuvent pas spécialement arborer exactement les mêmes coiffures que des adolescents caucasiens, ça n’en fait pas moins des coiffures décentes.

Depuis quand reproche-t-on aux filles de se faire des tresses ou d’avoir des cheveux bouclés/frisés ? On peut même apercevoir une photo de Kit Harington, aka Jon Snow, parmi les coiffures interdites aux hommes. Parce qu’il a les cheveux bouclés ? Un épis peut-être ? Pour rappel, le défrisage est une procédure à la fois coûteuse et très contraignante, faisant recours à de multiples produits chimiques agressifs et ne devrait jamais être banalisé. Encore moins au nom de standards absurdes et discriminatoires. Rien qu’en Île-de-France, il faudrait 2400 salons qualifiés pour coiffer les cheveux crépus/frisés. On en recense seulement 150, car les coiffeurs ne sont pas formés pour. Espérons au moins que le bad buzz amènera d’autres établissements scolaires et professionnels à réfléchir à deux fois avant d’imposer des contraintes esthétiques arbitraires à toute une population.

About the author
Coach certifiée en Nutrition Naturelle, je partage ma passion pour la gourmandise, le sport et le bien-être dans une optique de bienveillance. De la Belgique à Paris en passant par New York et Rome, je ne me lasse jamais de découvrir de nouveaux délices mais je préserve un amour sans faille pour le chocolat et les frites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *