7 marathons en 7 jours, le pari fou de l’aventurière Stéphanie Gicquel

On la connait comme une sportive de l’extrême et une exploratrice au courage sans limite. Cette semaine, Stéphanie Gicquel, adepte de l’adrénaline et du dépassement de soi, aborde un défi aussi audacieux que démesuré : courir 7 marathons à travers le monde en une semaine. Vous avez dit fou ? Et pourtant.

TOUJOURS PLUS VITE, TOUJOURS PLUS FORT

Avocate de formation, cette française de 36 ans  dédie son temps libre au sport et à l’exploration de terres impraticables. En 2018, elle a remporté le titre de championne de France des « 24 heures », une course d’ultrafond visant à parcourir la plus longue distance en une journée. Elle possède également depuis 2015 le record féminin du plus long raid à ski, réalisé dans l’Antarctique. Rien que ça !

Stéphanie Gicquel
© Site officiel

UN NOUVEAU DÉFI DE L’EXTRÊME

C’est hier, jeudi 31 janvier, que Stéphanie a démarré son pari fou. Chaque jour jusqu’au 6 février, elle parcourra ainsi les 42,195 km réglementaires d’un marathon sur 7 continents (l’Amérique du Nord et du Sud ont été scindées comme 2 continents individuels dans son défi). Départ en Antarctique à la base russe de Novo, suivi du Cap en Afrique du Sud, Perth en Australie, Dubaï aux Émirats Arabes, Madrid en Espagne, Santiago au Chili et Miami aux États-Unis.

 Si elle se sent physiquement prête à encaisser 295 km dans les jambes en une semaine, ce sont plutôt les trajets et changements de cadre qui l’inquiètent. « Je vais passer de -30 degrés en Antarctique à 30 degrés en Afrique du Sud en quelques heures, ça va être brutal. Pour habituer mon corps à ces écarts de températures, je me suis entraînée quelques semaines dans une chambre thermique » a-t-elle déclaré à la presse. Il faut ajouter à cela des décalages horaires importants ainsi que des voyages en avion éprouvants. 

Durant toute sa préparation, des chercheurs de l’INSEP ont évalué si son corps était en mesure d’assurer un tel défi et leur opinion semble favorable. Nous serons donc fixés le 6 février, où elle pourra éventuellement remporter le record du monde de course à pied « ultradistance par étapes » si sa semaine est concluante. Actuellement, ce titre est détenu par l’Américaine Becca Pizzi qui avait parcouru en 2016 295 km en 27 heures et 26 minutes. Si l’enjeu est clairement de taille, son entourage est fermement convaincu que son mental d’acier peut la mener à la victoire. On ne peut que lui souhaiter bonne chance !

 

About the author
Coach certifiée en Nutrition Naturelle, je partage ma passion pour la gourmandise, le sport et le bien-être dans une optique de bienveillance. De la Belgique à Paris en passant par New York et Rome, je ne me lasse jamais de découvrir de nouveaux délices mais je préserve un amour sans faille pour le chocolat et les frites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *