Testé pour vous : les culottes de règles, une protection d’un nouveau genre

Tampons, serviettes, serviettes lavables, cup… Les protections hygiéniques en période de règles ne manquent pas mais elles ne font pas toujours l’unanimité. Chaque femme étant différente, chacune doit trouver ce qui lui convient et lui assure confort et santé. Après les scandales des produits toxiques dans les tampons et serviettes non bios et les problèmes de choc toxique, plusieurs alternatives ont vu le jour. C’est ainsi que j’ai entendu parler des culottes de règles ou « culottes menstruelles », des sous-vêtements avec une protection intégrée pour absorber le flux.

Disséminées sur la toile, ces protections hygiéniques un peu atypiques ont attiré mon attention et j’ai décidé de leur donner une chance pour me faire une opinion. En prime, je ne crache pas sur l’idée d’une protection naturelle et confortable. J’ai donc commandé une culotte de la marque FEMPO et une autre de la marque Marguette pour avoir deux options auxquelles me référer.

QUEL EST LE CONCEPT ?

De l’extérieur, ce sont de simples culottes noires assez classiques, peu affriolantes mais basiques. Leur tissu est légèrement plus épais qu’une culotte classique : au contact, il donne l’impression de porter un maillot de bain, donc plutôt confortable. On se sent bien dedans et on ne remarque pas de grosse différence avec la lingerie du quotidien au toucher.

Ce qui les rend particulières, c’est leur technologie. A hauteur de l’entre-jambe, les culottes de règles sont composées de plusieurs couches absorbantes :

  • du coton bio au contact de la peau pour aspirer l’humidité
  • du bambou à l’intérieur pour retenir le flux avec un effet anti-bactérien naturel
  • un tissu imperméable à l’extérieur pour éviter les fuites

Je me suis tournée vers FEMPO et Marguette en particulier car leurs culottes sont certifiées sans nano-particules, ce qui n’est pas le cas de toutes les marques connues (ex : la culotte Thinx). En prime, ce sont des marques françaises. Une culotte coûte 32 euros, c’est un budget assez important.

quelle culotte menstruelle ?
© Marguette

LES PROMESSES

Les intérêts d’une culotte menstruelle sont multiples :

  • écologie : les culottes se lavent et se réutilisent, c’est une protection durable et sans déchêt
  • confort : les culottes se portent avec facilité, sans la sensation d’une « couche » comme on peut l’avoir avec une serviette hygiénique, sans gêne ou effet asséchant d’un tampon ou d’une cup
  • douceur pour la flore : rien dans le vagin, un écoulement naturel qui ne macère pas et aucun élément extérieur qui agresse les parois en frottant comme un tampon ou une cup
  • esthétique : une protection qui ne se voit pas grâce à une culotte passe-partout (mais soyons honnêtes, elles ne sont pas over sexys non plus)

EN PRATIQUE

Une culotte de règle promet 12 heures d’absorption, sans protection supplémentaire. Elle s’enfile le matin et se retire le soir ou vice-versa si on la porte durant la nuit. Il faut alors la faire tremper une heure dans l’eau froide pour détacher le sang, puis on la passe en machine à 30° ou on effectue un lavage à la main classique.

La durée de vie est la même que pour une culotte normale, avec un bon entretien. Le chauffage à haute température est déconseillé pour le séchage, sous peine d’abimer les fibres de bambou. A priori, 2 culottes suffisent pour tenir un cycle, en les alternant mais il faut penser à les laver à chaque coup. Personnellement, je trouve plus facile de les laver à la main à chaque fois pour gagner du temps.

La marque FEMPO propose 2 modèles actuellement : la culotte et le shorty, du 34 au 48. Un modèle flux ++ pour les pertes plus abondantes vient d’arriver en boutique. Du côté de Marguette, un seul modèle classique de culotte est proposé, du XS au XL. Visuellement, la culotte FEMPO est plus attractive car un plus échancrée et sans grosse bande élastique.

culotte menstruelle fempo
© FEMPO

MON EXPÉRIENCE

J’ai décidé de tester les culottes sur deux cycles pour me faire une idée de chaque marque. Histoire de ne pas être trop téméraire, j’ai préféré commencer en les portant le jour d’arrivée des règles et en fin de règles, avec un flux léger pour déjà voir comment cela se passait.

Les culottes sont très agréables à porter, on les oublie complètement pendant la journée. Mais on est bien contente d’en avoir une quand on se retrouve en petit tenue chez l’osteo sans serviette qui dépasse. La protection étant intégrée, c’est discret, confortable et rien ne bouge. Un bon point !

L’entretien demande un peu d’organisation avec seulement 2 culottes. Je portais donc une première culotte la journée, je la mettais immédiatement à tremper le soir avant de la laver à la main. Elle pouvait ainsi sécher la nuit tandis que je portais l’autre mais sans chauffage léger, elle ne peut pas prête à être portée au matin car toujours humide.

On sent le sang couler, comme pour des serviettes hygiéniques. Une sensation parfois inhabituelle pour certaines mais qui ne me dérange pas, même si j’ai porté des tampons pendant des années.

MON AVIS

Les culottes menstruelles ont de nombreux côtés positifs qui m’ont séduite mais également des aspects négatifs. En période de spottings, à savoir le premier jour quand les règles se déclenchent ou le lendemain de reprise de pilule quand il y a encore quelques pertes, elles sont au top. Confortables, discrètes et bien absorbantes, c’est le pied. Idem la nuit, quand l’écoulement est léger avec la position allongée. Le vagin respire, on se sent à l’aise, aucune fuite à signaler.

Mais en parlant de fuites, je ne pourrais pas vraiment le certifier pour la journée en période de flux plus abondant. Même le dernier jour de règles, j’ai toujours fini par enlever ma culotte en milieu de journée car j’étais un peu gênée par la sensation de lourdeur et d’humidité dans le fond de la culotte. Malgré l’effet absorbant, ce n’est pas complètement sec à mesure que la journée avance. Avec une serviette, on peut se changer et se sentir plus propre mais avec la culotte, je ne me voyais pas rester encore ainsi 6 heures et j’étais moyennement confiante sur le risque de fuites.

Je dirais donc que je suis à moitié convaincue. Même si je les trouve bien utiles la nuit et pour les jours de spottings, cela fait quand-même un sacré budget pour le coup. Je n’ai pas l’impression d’avoir un flux spécialement abondant, il me parait plutôt moyen mais beaucoup de femmes témoignent être satisfaites de leur culotte menstruelle. Elle convient donc probablement bien aux flux très légers ou à l’inverse, aux flux abondants pour complémenter une cup ou un tampon quand on a peur des fuites.

dessin culotte

About the author
Coach certifiée en Nutrition Naturelle, je partage ma passion pour la gourmandise, le sport et le bien-être dans une optique de bienveillance. De la Belgique à Paris en passant par New York et Rome, je ne me lasse jamais de découvrir de nouveaux délices mais je préserve un amour sans faille pour le chocolat et les frites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *