Coca, Danone, Pampers… Les grandes marques s’allient pour réduire les déchets

Depuis quelques années, les circuits de distribution tendent de plus en plus vers une approche zéro déchet, en particulier dans les supermarchés et les magasins bios : produits en vrac, sacs biodégradables ou réutilisables… Les alternatives écologiques se multiplient pour réduire les déchets et l’impact de notre consommation sur la planète. Il était temps que les géants alimentaires et hygiène-beauté s’y mettent ! Carrefour, Coca, Gilette, Nestlé mais encore bien d’autres s’allient en 2019 autour de la plateforme « Loop » pour réduire les emballages.

QUEL EST LE PLAN ?

Loop est une plateforme de e-commerce rassemblant un bon nombre de grandes marques de consommation bien connues du public. Pampers, Tropicana, Danone… Ces noms vous disent-ils quelque-chose ? Ils font partie des grands acteurs qui ont rallié la cause de Loop pour son lancement au printemps 2019.

Le principe s’inspire de la consigne : les consommateurs commandent leurs produits sur le site et se font livrer chez eux. Une fois les produits terminés, ils remettent les emballages et contenants, sans besoin de lavage préalable, à un transporteur Loop de passage à domicile. Ceux-ci seront alors nettoyés et désinfectés selon des normes strictes avant d’être réutilisés. En effet, les emballages prévus pour Loop ont été conçus pour être réutilisés une centaine de fois.

UN NOUVEAU MODE DE PRODUCTION

C’est lors du Forum Economique Mondial de Davos que cette solution a été abordée. Les enjeux actuels envers le climat étant plus importants que jamais, l’idée est d’éliminer les emballages à la source. Derrière ce concept se cache TerraCycle, entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets difficiles, soit d’ordinaire contraignants à recycler.

Si les marques devront s’habituer à de nouveaux systèmes de production et de distribution, les consommateurs eux ont pas mal à y gagner : ils pourront profiter de leurs produits et marques fétiches sans se préoccuper du tri ni s’encombrer de bocaux et autres contenants à vrac. Néanmoins, les prix seront plus élevés pour compenser la technologie des emballages recyclables.

Le projet sera d’abord testé à Paris et New York afin d’assurer sa validité. Bien sur, cette nouvelle approche ne solutionne pas les autres problèmes mis en cause pour les grandes marques : gaspillage d’énergie et ressources, additifs et composants chimiques… Mais si cela permet à une partie de la population d’améliorer ses habitudes et de tendre vers une consommation plus green, c’est toujours un pas à franchir !

About the author
Coach certifiée en Nutrition Naturelle, je partage ma passion pour la gourmandise, le sport et le bien-être dans une optique de bienveillance. De la Belgique à Paris en passant par New York et Rome, je ne me lasse jamais de découvrir de nouveaux délices mais je préserve un amour sans faille pour le chocolat et les frites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *