mardi 27 novembre 2018

Noël serein : comment profiter des fêtes sans excès ni frustrations ?

Noël est synonyme de fête et de gourmandise, parfois également d'angoisse pour certains. Et si on a peur de grossir ? Et si on craque et qu'on se lâche trop ? Comment gérer les repas dans la famille ? Pas de panique, je vous livre tous mes conseils pour passer des fêtes en toute sérénité et surtout, je vous encourage à vous régaler ! 


RELATIVISER

Les repas de fêtes, cela s'écoule en général sur deux-trois jours, une bonne semaine tout au plus si la famille est grande et d'humeur fêtarde. Que représentent quelques jours de gros repas et de gourmandises sur un mois, même une année de vie active et bonne hygiène de vie ? Presque rien, c'est une phase éphémère, courte et sans réelles conséquences.

Même dans le cas d'excès significatifs, par exemple des repas très consistants, cela reste dans un cadre particulier et exceptionnel : on ne fait pas un repas à 5 mets toutes les semaines, on ne déguste pas de calendrier de l'avent chaque mois, on ne petit-déjeune pas chaque jour avec de la brioche. Bref, si kilo pris il y a, il partira assez rapidement et facilement les semaines suivantes, en reprenant simplement ses bonnes habitudes et en étant à l'écoute de ses sensations. 

DÉTERMINER SES PRÉFÉRENCES

Les repas interminables de fin d'année nous amènent souvent à dépasser notre satiété. Rien de grave, mais qui dit manque de faim dit plaisir sacrément diminué. Difficile de savourer son morceau de bûche quand l'estomac est déjà plein à craquer de petits fours et de 5 plats en sauce. L'idéal est donc de déterminer les plats et gourmandises qui vous font le plus plaisir, dont vous souhaitez réellement profiter. Personnellement, je suis un bec sucré. J'y vais donc toujours doucement sur l'apéro, qui m'indiffère assez, pour garder une bonne place pour mon dessert préféré. A l'inverse, si les toasts et les chips sont votre dada, faites-vous plaisir dès le départ, quitte à zapper le dessert ou réduire la portion. 

ECOUTER SES SENSATIONS

Je vais vous faire une confidence : bien sûr qu'il m'est déjà arrivé de finir un plat sans avoir faim, par pure gourmandise. Mais il m'est aussi arrivé de laisser un peu dans mon assiette à Noël, parce que je me sentais pleine et satisfaite. Que je préférais garder un peu de place pour la suite ou le dessert, qui me procureraient plus de plaisir que le plat devant moi. Je ne me suis jamais privée d'un aliment qui me ferait plaisir durant les fêtes. En revanche, se faire plaisir ne veut pas forcément dire manger beaucoup. 

Etre attentif à son corps et à son plaisir, c'est avant tout respecter ses sensations et si elles nous indiquent qu'on est rempli, on peut très bien en rester là. Il y aura bien d'autres plats ou repas pour profiter, tout ne se joue pas là, maintenant, devant votre assiette. Oubliez les états d'esprit tels que "Foutu pour foutu..." ou "Je profite à fond aujourd'hui, je compenserai demain". Ecoutez votre corps, sachez vous arrêter si besoin, mangez ce qui vous fait plaisir et vous n'aurez rien à compenser. Engloutir de la nourriture peut être perçu comme du plaisir mais ce n'est là qu'un acte compulsif, vécu dans le stress, avec l'idée de compenser et une certaine notion de culpabilité. Vous avez le droit de manger, vous avez le droit de prendre des chips, de la viande en sauce, de la bûche ce Noël et vous n'avez pas forcément besoin d'en prendre une tonne pour apprécier ces plats. 

REDÉCOUVRIR LES SAVEURS

Noël régale les familles depuis des milliers d'années et génère pléthore de recettes traditionnelles, toute plus alléchantes que les autres. C'est une fête de partage, de convivialité, de plaisir, de gourmandise... Une occasion parfaite pour goûter de nouveaux aliments, laisser aller sa créativité en cuisine, acheter des produits de qualité. N'abordez pas le repas avec pour seule idée de vous exploser le bide, ce serait dommage. Rappelez-vous d'abord qu'un repas de Noël est un repas unique, festif, original et un vrai chatoiement des papilles. Savourez vos mets, mangez lentement, ressentez les saveurs, les textures, les épices, les parfums. Appréciez ce moment avec vos proches autour d'un délicieux repas, profitez de chaque bouchée. Vous ressentirez bien mieux votre satiété, quitte à laisser un peu dans l'assiette si votre plaisir et votre faim sont comblés. 

PENSER À ALTERNER ENTRE LOURD ET LÉGER

Mon plus grand bonheur au matin de Noël, après un bon réveillon, c'est de savourer de la brioche au raisin avec de la pâte à tartiner et un chocolat chaud au lait d'avoine. Un petit-déjeuner copieux et délicieux, qui me cale forcément longtemps. Sachant qu'un second diner de fêtes se présente généralement au soir du 25 décembre, j'en profite alors pour manger une soupe ou une salade le midi. Pas pour me punir ni pour soulager ma conscience - qui n'a rien à se reprocher -, mais pour deux bonnes raisons : la première, parce qu'après mon petit-déjeuner adoré, j'ai peu d'appétit donc je ne me force pas à manger. La deuxième, parce que je ne souhaite pas m'exploser la panse avant même de profiter des bons plats de ma tante le soir. Je me réserve donc de la place.

Cela peut également s'appliquer au repas : un apéro plutôt sain et léger suivi de plats plus généreux, ou un apéro décadent avec un diner plus léger et un dessert très gourmand, une soupe en entrée et un plat principal très copieux... Là encore, ne pensez pas à vos calories, à compenser : on s'en fiche ! Ce n'est que pour quelques jours. Pensez simplement à profiter au mieux du repas, d'aliments qui vous plaisent, sans l'estomac qui tire, le ventre qui fait mal et les papilles qui ne ressentent plus rien. Alterner entre des plats lourds et légers permet de bien profiter et de prendre du plaisir du début à la fin

NE PAS SE PUNIR

Inutile d'attaquer 2019 avec un régime soupe au chou pour déculpabiliser d'avoir mangé un peu trop. Vous ne feriez que générer de la frustration, pour compulser plus tard et craquer sur tout ce qui vous tombe sous la main. Ainsi démarre le cercle du yoyo, de la restriction et des craquages. Reprenez simplement votre quotidien, avec vos plats habituels. Ecoutez votre faim, vos envies, votre satiété.  Reprenez votre activité sportive. Adoptez un bon moral pour limiter le stress et les émotions qui donnent envie de grignoter. Faites-vous simplement confiance et tout se remettra dans l'ordre sans le moindre effort. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire